Le Cyanotype



Historique :

La cyanotypie fut inventée en 1842 par l’astronome anglais William Herschel (1792-1871). Il découvrit entre autres que sous l’action de la lumière, les sels ferriques pouvaient se transformer en sels ferreux. William Herschel utilisait le cyanotype pour la copie de dessins. Plus tard, le procédé fut utilisé pour faire des photogrammes. Anna Atkins utilisait la cyanotypie dès 1843 dans ses études botaniques à travers « photographs of British Algae : cyanotypes impressions »

cyatkins

Asplenium Marinium; British, 1853 – Anna Atkins

Ce cyanotype est tiré d’un livre sur les fougères publié en 1853 par Anna Atkins (1799-1871). Cette pionnière de l’histoire de la photographie a produit le premier livre illustré avec des photographies.


Le Procédé :

Le cyanotype est un procédé de tirage positif. Une feuille de papier ordinaire est badigeonnée d’un mélange de citrate de fer ammoniacal et de ferricyanure de potassium. La feuille est séchée dans l’obscurité avant d’être exposée par contact sous un négatif à la lumière du jour. La lumière transforme le sel ferrique en sel ferreux, le ferricyanure est également transformé en ferrocyanure et précipite avec le sel ferrique pour former une image bleue. Le temps de pose est assez long, l’exposition demandant plusieurs minutes.
Après l’exposition, l’image est visible, elle est lavée sous l’eau courante qui dissout les sels non impressionnés par la lumière, un simple lavage de quelques minutes permet de développer et de fixer l’image. Le cyanotype prend sa coloration finale (bleu de Prusse) en s’oxydant a l’air.

cyanatu

La côte normande au Tréport – Patrice Louis Gouvenot
Epreuve au cyanotype, 16×7,5 cm, format panorama. Plaque au gélatino-bromure.

cyacote

Nature morte – Patrice Louis Gouvenot
Tirage au cyanotype, 6,5×9 cm
Le principal intérêt du cyanotype est son faible coût et sa simplicité de réalisation.
D’autres matériaux organiques (comme le tissu ou le cuir) sont compatibles avec le cyanotype, permettant des impressions photographiques. On peut obtenir une tonalité brune en utilisant de l’acide tannique.
La conservation des cyanotypes doit se faire sans contact avec des substances alcalines (attention notamment aux passe-partout avec réserve alcaline).

Le photographe Henri Le Secq (1818-1882) a produit des tirages admirables de natures mortes et d’architecture en cyanotype (illustrations de constructions gothiques parisiennes). Le picturaliste Clarence White a aussi utilisé les cyanotypes.

(Source : Noel Myles)